Auteur/autrice : lamantedeseaux

Petites pluies : consoler l’insolation

Lors du passage de l’hiver au printemps, les nuages se mettent à remuer, imposant de lourdes averses et un vent insolent. Nous appelons cette période les giboulées de mars. Un moment qui nous force à rester encore un peu blotti pour trier, ranger, organiser avant de semer.

Rêver nos animalités

Un lien étroit, tissé depuis l’aube des temps entre l’humain·e et l’animal, se retrouve aux quatre coins du monde. Il témoigne d’une relation de respect, quasiment d’adelphité, et d’une sagesse partagée. À la fois alliés protecteurs et monstres sacrés, les animaux trouvent une place dans la plupart de nos contes et nous accompagnent depuis la plus petite enfance.

Les forêts (en)chantées

Alors que nous sommes dans l’hivernation, que les plantes se reposent et les animaux aussi, je voulais raconter ces forêts enchantées qui nourrissent les imaginaires, ces abris où l’on chante sans écho. L’occasion de prendre un peu mieux racine et de se relier au vivant, dans toute sa diversité et sa complexité.

Musiciennes bretonnes : le chant vivant

Après m’être penchée sur le parcours de musiciennes folk, l’histoire de la musique folk comme (ré)appropriation culturelle d’anciens et de nouveaux récits, l’automne arrivant m’amène à poursuivre ce cheminement à la (re)découverte d’un répertoire musical traditionnel.

La musique folk :(Ré)appropriation culturelle d’anciens et de nouveaux récits

D’inspiration romantique, le mot folk vient de l’allemand « volk », qui signifie « peuple ». Cette musique raconte ainsi l’histoire des pionniers et s’inspirera de l’esprit rural et des milieux ouvriers. Dès son apparition, ce genre musical sera verra rêvetir une dimension politique et parfois contestataire, de par l’importance de ses textes tout d’abord, mais aussi puisqu’il s’ancre et se diffuse dans les couches sociales plus pauvres de la société américaine.

Six musiciennes folk oubliées (presque) retrouvées

Ces artistes sont des incontournables du folk mais pour moi, grande amatrice d’électronique, ce fut une découverte étonnante. J’ose imaginer qu’en les découvrant plus jeune, mon parcours musical n’aurait probablement pas été le même. Alors, tant qu’il nous reste encore un peu de temps pour profiter des brumes hivernales, j’aimerais à tout prix vous les faire (re)découvrir.